La Pop à l’anglaise de Papooz

C’est au printemps 2015 que l’on a entendu Papooz pour la première fois.

La Pop à l'anglaise de PapoozLa mélodie est douce, le rythme déhanché, l’esprit pop avec un petit je ne sais quoi d’exotique. Le titre c’était « Ann Wants To Dance », et il a fait notre printemps, idéalement placé entre giboulées et éclaircies. Difficile en revanche d’imaginer l’origine du groupe. La voix androgyne, dans les aigus, n’est pas foncièrement indentifiable, homme ou femme? Et de quel pays? C’est pop à l’anglaise, mais avec la nonchalance lascive d’un morceau de Bossa Nova. Au final, pas besoin de faire le tour du monde, ce sont nos voisins. Un duo parisien aux voix accordées, Ulysse et Armand, la vingtaine, ont tous les deux baignés dans la musique anglo-saxonne des 70’s, bercés par les disques des Beach Boys et du Velvet Underground qu’écoutaient leurs parents. Le premier entreprend des études musicales, alors que le second termine ses études littéraires.

On ne s’étonne pas alors qu’ils se soient découverts adolescent une passion commune pour la guitare, maquettant leurs premiers morceaux acoustiques sur un vieux macbook délaissé. Pourquoi Papooz ? Cela sonnait bien, avec une touche exotique qui les ravissait, et l’image d’un berceau indien signifiant.

Aujourd’hui une dizaine de titres s’est ajoutée au bijou « Ann Wants To Dance » en vue d’un premier album. Mature et léger à la fois.

À lire aussi

Par