Logo Poptastic Radio

Mes disques de A à Z : Bat For Lashes

rédigé par le 23 juillet 2021

Bat For Lashes : voilà un nom bien étrange pour un groupe. C’est en fait le nom d’artiste de Natasha Khan, née d’un père pakistanais et d’une mère anglaise, qui en est la tête pensante.

C’est en 2005 que la très jolie Natasha se produit sur scène en première partie de Cocorosie pour y jouer ses propres chansons. Multi-instrumentiste, avec une prédilection pour le piano, elle se distingue surtout par une voix qui, on le verra, rappelle Björk et Kate Bush. Je ne possède que les deux premiers albums qui, s’ils ne m’emballent qu’à moitié, ont assis la réputation artistique de Bat For Lashes à la moitié des années 00.

« Fur And Gold », son premier disque, sort en 2005. Sa musique y est aussi sophistiquée que la photo de pochette, sur laquelle elle apparait en amazone d’un autre temps ou d’un monde surnaturel peuplé de créatures légendaires : univers dont elle est parait-il amatrice. Mêlant instruments médiévaux et expérimentations à la Björk, elle sait créer des atmosphères fantastiques et étranges prenant le pas sur la mélodie.

Album de Bat For Lashes "Fur and Gold"
Album de Bat For Lashes "Fur and Gold"

On trouve de belles réussites sur cet album prometteur mais quand même un tantinet ennuyeux sur la durée. En effet, l’album est un peu trop long, un peu trop « raide », comme si sa perfection devenait un handicap. J’ai un peu de mal à être vraiment touché par ces titres dont peu ressortent vraiment malgré l’évidente volonté de Natasha Khan de créer une atmosphère envoutante, presque mystique. Mais comme je l’ai dit, les réussites sont présentes telles ce « Horse And I » sophistiqué qui ouvre l’album avec son ambiance éthérée qui plonge l’auditeur dans cet univers de contes et légendes caractéristique du disque. Le plus martial « Trophy » accroche également l’oreille mais c’est surtout « What’s A Girl To Do ? » avec sa boucle qu’on jurerait sortie d’une B.O d’un film fantastique qui séduit.

Plus loin, on retient également « Prescilla » auquel des claps impriment un rythme enlevé et accrocheur et « Sarah » à la basse noueuse et surtout aux voix quasi fantomatiques qui transcendent la mélodie.

Mais en dehors de ces titres, je trouve que l’album suinte l’ennui et souffre de la comparaison avec les modèles de Natasha Khan, à savoir Björk et Kate Bush comme sur « Tahiti » où ce qui ressemble à un clavecin soutient l’édifice. La présence des deux chanteuses plane également sur « The Wizard » mais le morceau ne décolle jamais vraiment comme « Bat’s Mouth » qui devient même irritante en son milieu quand l’intensité monte, tout comme le très dépouillé « Seal Jubilee » qui peine à emballer et durant lequel l’ennui pointe vite son nez. Le dernier titre « I Saw A Light » débute de manière sombre, orageuse et intense tel un cortège funéraire mais devient pesant, lourd et pénible. Il faudra aller chercher le titre bonus, une belle reprise du « I’m On Fire » de Bruce Springsteen, perle de l’album « Born In The USA » pour se faire une idée complète du travail de Bat For Lashes en cette année 2005.

4 ans plus tard, en 2009, sur l’album « Two Suns », Natasha Khan / Bat For Lashes cultive encore plus un côté folk néo baba avec une orientation électro chic nouvelle. Le disque est hyper maitrisé mais, comme le précédent album, a tendance à m’emmerder assez vite malgré un duo étonnant et très beau en fin de parcours avec le grand Scott Walker intitulé « The Big Sleep ».

Encore une fois, même si je reste sur ma faim avec cet album, force est de constater que Natasha Khan a un réel savoir-faire et du talent pour installer des atmosphères un peu étranges mais, comme le montre la pochette, elle semble aussi avoir du mal à se débarrasser de ce fatras mystico-toc qui pèse à mon avis sur sa musique.  Au rayon des réussites, on trouve « Glass ».  Dès ce premier titre, Natasha réussit son entrée en matière avec ce titre assez dark et sa rythmique complexe qu’elle parvient à illuminer par sa voix céleste sur les refrains. Cependant comme sur le précédent album, la frontière est mince entre la grâce et la pesanteur qui guette.

Album de Bat For Lashes "Two suns"
Album de Bat For Lashes "Two suns"

L’électro pop légèrement orientale de « Pearl’s Dream » fonctionne également assez bien tout comme le très pop « Daniel » qui, sans atteindre des sommets, accroche l’oreille assez facilement.

À la limite « Sleep Alone » titre électro mystique peut au choix séduire ou irriter, selon l’humeur, par son ambiance d’héroïc fantasy. Mais à part ça, on retrouve les influences de Björk et Kate Bush sans que jamais, Bat For Lashes ne parviennent à transcender ses influences. C’est très criant sur « Moon And Moon », où jamais la voix de Natasha Khan ne parvient à bouleverser comme son modèle. « Siren Song » titre pompeux et pesant et « Good Love » sont ennuyeux et le légèrement psychédélique « Peace Of Mind » également malgré ses intonations quasi-gospel.

Je ne suis pas allé plus loin dans la discographie de la belle Natasha Khan qui compte aujourd’hui deux nouveaux albums. C’est évidemment un tort car les deux premiers, malgré leurs défauts, auguraient de belles promesses. Ont-elles été tenues ?

Christophe Billars

Retrouvez les chroniques de Christophe Billars également sur son blog Galettes Vinyles

Bat For Lashes Natasha KhanÉcoutez les singles et les titres des différents albums de Bat For Lashes dans la programmation de Poptastic Radio.


En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Emission en cours