Vous écoutez

Title

Artist

En direct

En direct

Background
Logo Poptastic Radio

The Night Chancers nouvel album de Baxter Dury

Rédaction : le 27 avril 2020

3 ans se sont écoulés depuis « Prince of Tears » (2017), le précédent album de Baxter Dury, fils de Ian Dury, immortel créateur de « Sex, drugs and rock’n’roll ».

La pochette le montrait alors tout à la peine, escaladant une dune de sable puis finissant les 4 fers en l’air, dans un bel exercice d’auto-dérision. Le ton semble le même sur ce tout nouveau « The Night Chancers » sur la pochette duquel le pauvre Baxter apparaît hagard devant un train qui file mais dans une élégance toute britannique.
Le disque sera donc nocturne et sombre mais d’une tonalité moins désespérée que le précédent et toujours chargé de ce second degré et de ce je m’en foutisme apparent que cultive l’artiste.

Baxter Dury - The Night Chancers

Dury reconduit ici une formule gagnante inaugurée depuis « It’s a Pleasure » (2014). On retrouve ces grosses basses noueuses qui constituent la base des titres sur lesquelles une batterie souvent mid tempo et assez sobre vient se greffer, installant cette ambiance assez particulière évoquant une déambulation nocturne. Les arrangements discrets et inventifs sont constitués de synthés qui apportent une touche électro pop, de cordes mélancoliques et de guitares essentiellement rythmiques. Mais ce qui fait la particularité de la musique de Baxter Dury tient principalement à sa manière de chanter ou plutôt de parler, évoquant le fameux talk-over popularisé ici par Gainsbourg. Tout au long du disque, le fantôme du grand Serge est d’ailleurs très présent. Comme lui, Baxter Dury entretient cette image d’un dandy négligé, détaché de tout, maniant la dérision et l’humour acide de son accent à couper au couteau. Comme lui il a su s’entourer de voix féminines presque aussi - sinon plus - présentes que la sienne qui poussent même le refrain en français sur l’excellent « I’m Not Your Dog » et son immortel « Ce n’est pas mon problème / Je ne suis pas ton chi-en ». Dans ce rôle on retrouve Madelaine Hart et Rose Elinorr Dougall créditées sur de nombreux titres du disque.

Dès lors Baxter Dury déroule tranquillement, sans coup férir, sur les 10 titres de l’album, sa superbe nonchalance. Outre donc « I’m Not Your Dog » on sera séduit par le magnifique et mélancolique « Slum Lord » maintenu en altitude par de superbes cordes alors que Baxter évoque ces « Sleepless angels » qui peuplent sa nuit. Plus loin « Samurai » et son atmosphère cotonneuse nous entraîne dans un état second. « Sleep People » et sa ligne de basse accrocheuse est une réussite du disque tout comme « Carla’s Got A Boyfriend » qui ressemble à une ballade somnambulique au cours de laquelle Dury confesse : « Promises / I've made so many, been so wrong » . Cet état quasi onirique perdure durant « The Night Chancers » la chanson-titre qu’on pourrait traduire par « oiseaux de nuit », ceux resplendissent un fois le soleil couché avant que « Hello, I’m Sorry » accélère le rythme pour un titre un peu plus enlevé et tout aussi réussi. Et ainsi de suite jusqu’à l’impeccable « Say Nothing » qui clôt le disque alors que les filles répètent : « Baxter loves you ». Mais nous aussi on t’aime Baxter.
Cependant, aussi réussi soit-il, « The Night Chancers » est un aboutissement, celui d’une formule impeccable mais qui doit évoluer sous peine que son auteur se répète. Je lui adresse donc la phrase que l’on peut lire sur la pochette intérieure de l’album : « Bump up your ass off Baxter ».

Baxter Dury - The Night ChancersRetrouvez des extraits du dernier album de Baxter Dury "The Night Chancers" dans les playlists de Poptastic Radio.

Retrouvez les chroniques de Christophe Billars également sur son blog Galettes Vinyles


Dans la même rubrique