C’est Anglais et c’est culte

Culte ou typiquement British ?

De mythes et légendes, l’Angleterre, à l’instar de l’Irlande, n’en manque pas. Mais ici, point de voyage dans le fantastique, juste quelques images, quelques habitudes, quelques histoires que nous avons qualifiées de cultes, en tous les cas typiquement British. De l’aventure Radio Caroline qui a révolutionné le monde de la radio au fameux « Mind the Gap » du Métro, en passant par l’incroyable petit déjeuner Anglais, voici 5 thèmes sur l’Angleterre culte, qui ne sont finalement pour les anglais que des éléments de la vie quotidienne.

Le petit déjeuner anglais, pas si petit que ça.

Oubliez vos habitudes françaises au petit déjeuner. Au Royaume Uni, le « ptit-dej » est salé et surtout très copieux.

Le petit déjeuner anglaisC’est connu, lorsque vous avez pris un véritable petit déjeuner anglais, vous êtes « calé » pour une bonne partie de la journée. En effet, ce petit festin, devrait-on l’appeler, vous garantira environ un tiers des besoins journaliers.
Alors, au menu nous avons : charcuterie (saucisse grillée, bacon grillé, jambon et même du boudin noir !), des œufs brouillés, ou si vous préférez à la coque ou au plat. Et si le cœur vous en dit, vous pourrez ajouter des haricots blancs à la tomate et des pommes de terre sautées. Pour accompagner, n’oubliez pas les petits toasts que vous tartinerez de beurre et de confiture d’orange. Enfin, pour arroser tout cela, vous aurez le choix entre un café, un thé ou un jus d’orange !

Après le travail, rendez-vous au pub

C’est une tradition, à Londres et dans les grandes villes britanniques, on se retrouve entre collègues au Pub, juste après le travail.

Aller au pub à Londres après le travailMême si mais ce n’est pas une règle absolue, la sortie au Pub après une journée passée à bosser, c’est la plupart du temps en fin de semaine, le jeudi et le vendredi. On se retrouve entre collègues de travail dans l’ambiance unique d’un Pub traditionnel anglais. C’est l’occasion nouer des relations avec ses partenaires de travail, d’échanger sur tous les sujets : vie personnelle, sport, actualité…
Le rendez-vous de la fin d’après-midi au Pub en Angleterre, c’est aussi la possibilité de mieux faire connaissance avec son boss, en dehors du carcan du bureau.
Bref, les hommes se rassemblent autour d’une pinte alors que la gente féminine préféra papoter autour d’un cocktail, voire d’un verre de vin. Et lorsque la belle saison arrive, il n’est pas rare de voir une activité importante autour des comptoirs extérieurs, dès 17h, histoire de profiter à la fois de ce bon moment et du grand air !

Mind the gap!

Mind the gap dans le métro de LondresMind the gap est une expression anglaise utilisée dans le métro de Londres.

Lors de votre séjour à Londres, vous avez très certainement entendu sur les quais du métro, cette voix venue de la sonorisation, vous répéter sans cesse « Mind the gap ». Mais quelle est donc cette intervalle dont il faut se méfier ? Cela concerne en fait les stations du métro britannique en courbe. Les rames étant droites, cet espace entre le quai et la rame est naturellement plus large dans un virage et il était important de prévenir les usagers des risques encourus à cet endroit précis.
Cette voix, désormais célèbre est celle d’un certain Peter Lodge.  Selon le journal « Independent on Sunday », il s’agit de l’ingénieur du son qui, en 1969, avait été chargé d’enregistrer le message lu par un comédien. Problème : lorsque ce dernier demanda des droits d’auteur, il fut question de réenregistrer le fameux message et c’est Mr Lodge qui s’y colla, probablement après s’être engagé à ne pas demander à son tour des droits d’auteur !
Enfin, dans les stations concernées, la phrase culte « Mind the gap » est également peinte sur le sol en lettres capitales pour avertir les voyageurs.

Radio Caroline, la célèbre radio pirate

En 1964, alors que la Pop se répand à travers la planète, et principalement en Angleterre, la BBC, radio officielle du Royaume-Uni diffuse moins de 45 minutes quotidiennes de cette musique révolutionnaire.

Radio Caroline - Le Ross RevengeC’est alors que Ronan O’ Rahilly, jeune producteur irlandais, décide de lancer une radio indépendante depuis un bateau ancré dans les eaux internationales de la Mer du Nord. Radio Caroline était née ce jour de Pâques 1964.
Le succès est immense (7 millions d’auditeurs dès les trois premières semaines de diffusion) et apporte un souffle nouveau auprès des jeunes adultes et des ados qui,  le soir en cachette des parents, écoutent depuis la radio planquée sous l’oreiller, ce son nouveau promu par les DJ’s de Caroline.
En 1967, suite à une nouvelle loi interdisant les radios « offshore », même dans les aux internationales, le fondateur de Radio Caroline décide, malgré tout, de continuer à émettre. C’est le début d’une longue, très longue aventure parsemée de péripéties diverses et variées jusqu’en 1990 où, après l’intervention des autorités britanniques et néerlandaises, les émissions cesseront depuis le Ross Revenge, le dernier bateau en date de Radio Caroline.
Aujourd’hui, « la Grande Dame » qui fêtera ses 53 ans en 2017 est toujours sur les ondes depuis des studios à terre, dans le Kent, sur la radio numérique (DAB), sur Internet, et au moins une fois par mois depuis le Ross Revenge au large de l’Angleterre… en toute légalité.
Après avoir été à quai pendant 9 ans dans le Port de Tilbury à quelques dizaines de kilomètres de Londres, le navire Ross Revenge que nous avons eu la chance de visiter en 2013 a été entièrement restauré et a repris la mer pour se positionner près de Bradwell dans l’Essex.

La Britpop, le renouveau de la Pop made in UK.

Définition de la Britpop : aucune. La diversité des artistes, l’expérimentation musicale, les origines sociales des groupes… sont telles qu’il est compliqué de définir ce son, si ce n’est l’art de créer des chansons mélodieuses, sans pour autant que ce ne soit une règle générale.

Histoire de la Britpop sur Poptastic RadioC’est en 1987 que le journaliste John Robb dans le magazine « Sounds », en utilisant le terme « Britpop » pour son papier sur les Inspiral Carpets, The La’s et les Stones Roses, fait naître ce genre musical sans vraiment le savoir. Il ignorait surtout qu’il s’agissait du début de la nouvelle vague musicale la plus impressionnante en Angleterre au point que certains spécialistes n’hésitaient pas à parler de troisième British Invasion.

« Un soir d’été pluvieux,  je regardais les Stones Roses jouer avec les La’s et je me disais que ce groupe, les La’s, deviendraient à coup sûr LE fer de lance de ce renouveau de groupes à guitares anglais. La semaine avant, Sounds, avait fait une couverture sur le nouveau underground britannique punk en le baptisant « Britcore »… Très intelligemment (!), j’ai moi aussi créé un acronyme qui me semblait désigner parfaitement cette mini-explosion de nouveaux groupes (…) : Britpop. » John Robb.

Mais c’est réellement au milieu des années 90 que le genre musical a vraiment explosé. Au delà du fight ultra-médiatisé entre Blur et Oasis, la Britpop s’est aussi enrichie des compositions de groupes comme Elastica, Lush, The Verve, Shed Seven, Pulp, Kingmaker, Mansun, Suede, Supergrass, Radiohead, The Auteurs, Inspiral Carpets, Primal Scream, The Charlatans, Cast, St Etienne… Rejoints quelques années après par d’autres : Kaiser Chiefs, The Libertines, The White Stripes, Stereophonics, Hard-Fi, Razorlight, Arctic Monkeys.

Les premiers groupes de Britpop se sont, en partie, inspirés de leurs ainés des années 60, 70 et sont devenus par la suite les modèles des groupes actuels.

Aujourd’hui, plus de 20 ans après, on sait que la Britpop ne fut pas qu’une simple bulle éphémère issue de la scène pop britannique. Certes, il a eu des fractures (The La’s…), des orientations différentes (Radiohead, Blur…), des disparitions aussi fulgurantes que les ascensions (Salad…) mais plusieurs groupes sont toujours en activité (Oasis, Supergrass…). Depuis les années 2000, la Britpop a évolué, s’est affinée et s’est trouvé de nouveaux représentants : Catfish and the Bottlement, Keane, Coldplay, Starsailor, Elbow, pour ne citer que ces groupes.

En Angleterre, parier c’est vivre !

On les appelle « bookmakers », ce sont des professionnels du pari.

Bookmakers à LondresEn Angleterre, il est possible de parier sur tout ce qui fait l’actualité : naissance d’un bébé royal, divorce princier, rencontre sportive, équitation, élections en France… Les paris sont constamment ouverts et génèrent de véritables fortunes.
Pour exemple, il y a la fameuse histoire de ce Gallois qui, en 2000, a parié 50 livres que son petit-fils prénommé Harry deviendrait joueur international de foot : en 2013, soit 13 ans après, il gagne son pari et empoche la somme de 150 000 euros. On n’ose imaginer la pression sur la tête du gamin pendant toutes ces années.
Mais les sociétés de paris n’hésitent pas à dépasser les limites et vont jusqu’à proposer des idées complètement farfelues, le principal étant d’attirer un maximum de mises. Ainsi, pendant la prochaine coupe du Monde de foot, peut-être pourrez-vous parier sur la couleur des cheveux d’un joueur ou encore sur le nombre d’hommes nus qui débouleront sur le terrain en plein match.
Parier en Angleterre, on vous dit que c’est une question d’habitude si ce n’est un art de vivre !

Pas la peine d'aller ailleurs sur le Web !

Par 
Translate »
Lire plus :
Muse enregistre un nouvel album à Londres
Muse préparerait un nouvel album à Londres

En pleine séance d'enregistrement à Air Studios à Londres, un fan va à leur rencontre et nous délivre quelques infos...

Fermer