Vous écoutez

Title

Artist

En direct

Summer Rock

09:00 22:00

En direct

Summer Rock

09:00 22:00

Background
Logo Poptastic Radio

Le festival idéal de Christophe Goffette

Rédaction : le 11 juin 2020

L'idée est folle et géniale : diffuser 200 concerts en ligne pendant 60 jours. "Crossroads Confined Countdown Festival" réunit des songwriters, des musiciens du monde entier, connus, moins connus, voire à découvrir.

A l'origine de cette initiative gigantesque, Christophe Goffette. Auteur de plusieurs livres sur le rock, sur le cinéma, d'entretiens (Alice Cooper, Jean-Louis Aubert, Iggy Pop, Terry Gilliam...), rédacteur en chef entre autres de Best, Crossroads, journaliste, traducteur, scénariste, réalisateur et producteur. L'homme a pas mal bourlingué dans le milieu du rock, depuis son premier fanzine à l'âge de 14 ans.
Nous avons volé un peu de son temps au "Goof" pour qu'il nous parle de ce Festival hors-normes.

Christophe goffette cccf
Christophe Goffette

[Poptastic Radio] Crossroads Confined Countdown Festival, c'est quoi exactement et comment ça marche ?
[Christophe Goffette] J'ai été éditeur et rédacteur en chef d'un certain nombre de revues, notamment musicales, dont "Crossroads", qui a existé presque une douzaine d'années. En 2004, j'avais déjà lancé un appel à mettre la musique en pole position, dans l'esprit de la baseline du magazine qui a longtemps été "De la musique avant toute chose !", une citation de Verlaine… Ça s'appelait la "Crossroads Night" et j'avais réuni 70 musiciens depuis les Etats-Unis, l'Angleterre, l'Australie, la France bien sûr, etc., à l'Olympia, pour un concert de plus de dix heures. Le 14 avril, à la suite du "discours" de Macron, j'ai imaginé cette opération, qui consiste à regrouper des musiciens du monde entier et à leur permettre de faire ce que les gouvernements leur interdisaient, indirectement peut-être, mais en les négligeant, comme si leur simple existence n'avait aucune utilité. Et bien sûr, sans rentrer dans les considérations financières évidentes. Bref, j'ai décidé d'appliquer l'esprit de Crossroads et de la Crossroads Night à un nouveau festival, mais sans limite ni géographique ni quantitative. Mes seules contraintes, elles sont qualitatives. Et je parle là aussi bien de qualités humaines que musicales. J'ai donc lancé le festival avec l'objectif un peu fou, à 16 jours du démarrage, de diffuser 100 concerts exclusifs sur 10 jours !… Arrivé à mi-chemin, après donc 50 concerts en 5 jours, du 1er au 5 mai inclus, j'ai décidé de prolonger mais aussi de changer de vitesse de croisière, car, visiblement, 10 concerts par jour, c'était beaucoup. Aussi, les gens dans certains pays commençaient à reprendre le travail, bref je me suis adapté à l'évolution de la situation… et j'ai même encore prolongé à nouveau le festival, qui désormais va durer jusqu'au 29 juin et proposer 200 concerts en tout.

Depuis combien de temps travailles-tu sur cet énorme projet ?
J'ai donc eu en tout et pour tout 16 jours pour créer le site, la chaine Youtube, atteindre le premier seuil des 1000 abonnés nécessaires pour débloquer certaines fonctions vitales, et programmer mes 60 ou 80 premiers concerts !… Ça représente 20 heures de boulot par jour, 7 jours sur 7. Un de mes fils m'a beaucoup aidé, il fait son stage de L3 en ingénierie informatique ici, il a donc assuré tout ce qui est tutos pour piloter les musiciens à distance, mais aussi créer toute la structure du site, les mises à jour, les extensions, le paramétrage, ce genre de choses. Le fidèle digi-artiste Mr Dose a imaginé toute la charte graphique et enfin j'ai deux jeunes qui sont venus renforcer nos rangs, Romain qui assure la préparation des e-posters et affiches au quotidien, et depuis quelques jours Paco qui file un coup de main sur tout ce qui concerne la promotion et la communication. Il a notamment repris le compte Twitter, délaissé dès le mois d'avril car pas le temps de.

Crossroads confined festival

Quel a été l'accueil des premiers artistes lorsque tu leur as proposé le projet ?
L'accueil a été quasi unanimement positif depuis le début. J'ai d'abord contacté ceux qui avaient été de la Crossroads Night —en plus, le festival est dédié à Neal Casal, décédé l'année dernière et qui y avait joué—, puis j'ai étendu aux habitués de nos colonnes, et bien sûr aux amis, aux amis d'amis… Si on met de côté les refus qui n'en sont pas vraiment, à savoir les gens malades, ou pas assez bien moralement pour "se montrer", ou même ceux qui étaient ou sont confinés dans des endroits sans matériel pour jouer et/ou pour se filmer, je dois en tout et pour tout n'avoir eu qu'une poignée de refus. Peut-être trois ou quatre maximum. Bref, c'est un bel élan avec lequel tous, je pense, expriment un peu les mêmes sentiments. Et de ce que j'ai comme retours, énormément de participants m'ont dit que ça leur avait fait un bien fou, de penser un peu à autre chose, et de jouer aussi, même si jouer pour un public invisible n'est clairement pas simple.

Tu viens de citer Neal Casal, tu peux nous pourquoi ce festival lui est dédié ?
Parce qu'il était un des poumons de la Crossroads Night. Parce qu'il était même allé en faire la promotion, aux côté de Gary Louris et Elliott Murphy. Parce que c'était un exceptionnel songwriter et guitariste… et un fabuleux photographe, ce que les gens savent moins. Parce que nous lui avions accordé notre une avant tout le monde et que donc on avait un peu aidé à construire sa belle poopularité en France, en Belgique et en Suisse… Enfin, parce que c'était un ami, un vrai, gentil, toujours disponible, toujours le cœur sur la main, toujours prêt… et parce que s'il avait été encore vivant, il aurait été sans doute le premier que j'aurais contacté…

Est-ce que dans la programmation du Crossroads Confined Countdown Festival, certains concerts te tiennent plus à cœur que d’autres ?
Oui, bien sûr. J'aimerais déjà préciser que je ne calque pas du tout la programmation sur mes goûts. Par exemple, je n'écoute quasiment jamais de blues, mais j'en programme beaucoup. Bon, le blues est tout de même la quintessence de la musique live, sur disque c'est tout de suite moins intéressant, je trouve… Ou alors à la marge, des choses soient un peu déviantes, soit carrément blues rock ou heavy blues… Mais sinon, il est toujours agréable de voir que les musiciens que j'ai soutenu pendant des années, parfois des décennies, parce que je les considère comme injustement méconnus ou en tout cas pas reconnus à leur juste valeur, sont non seulement également fidèles au rendez-vous, mais aussi indéniablement ultra-talentueux. Je ne vais pas citer certains plutôt que d'autres, car je n'ai pas envie d'en oublier. Surtout que de manière générale, je trouve qu'ils ont tous parfaitement joué le jeu, qu'ils sont allés contre leur nature parfois, car comme je le disais jouer "dans le vide" est un exercice plus complexe qu'il n'y paraît, mais toujours avec panache et une belle énergie. À l'opposé, un seul m'a énormément déçu, allant même jusqu'à acheter des vues pour sa vidéo, sans me consulter, puis à le nier alors que je faisais étalage de toutes les preuves nécessaires. Idem, je ne le citerai pas, car lui je n'ai pas envie de lui faire la moindre pub, mais il suffit de comparer la liste des concerts programmés à ce jour et la liste des concerts disponibles, pour savoir lequel de ces concerts est actuellement "privé" et donc indisponible.

Avec le Crossroads Confined Countdown Festival, tu viens en aide à la fois aux musiciens qui ne peuvent pas jouer actuellement ainsi qu'à des ONG. Tu peux nous en dire plus ?
Oui, au-delà de mon premier objectif qui consiste à permettre aux musiciens de faire ce qu'ils aiment le plus, de la musique bien sûr, alors que les mesures prises par nos gouvernements leur interdisent l'accès des festivals et sans doute des salles de concerts pour encore un bon bout de temps, mais aussi à se faire connaître, ce que je voulais aussi c'était récolter des dons pour aider ceux qui sont vraiment dans la mouise, mais aussi pour nous-mêmes donner aux ONG qui s'occupent de soutenir les musiciens en détresse. Bon, avouons-le, autant la partie éditoriale du festival est un franc succès, avec par exemple certains qui sont actuellement en discussion pour être signés par des maisons de disques ou des tourneurs, et d'autres qui ont vendu quelques disques et se sont faits de nouveaux fans, autant tout ce qui est concerne les dons est décevant. Très décevant. Plusieurs explications à cela. Déjà, beaucoup de gens sont vraiment dans la merde, cette crise économique touchant énormément de secteurs, ensuite dans une bonne partie de l'Europe, on n'a pas du tout la "culture du tip". Du coup, on se retrouve avec une majorité des dons qui sont faits par des Américains, des Australiens, etc. C'est pourquoi nous proposons aussi une compilation 2 vinyles 23 titres, à tirage limité numéroté, et bientôt des T-shirts, mais aussi des sorties, également en vinyle limité, des concerts du festival suffisamment bien enregistrés pour permettre un mixage et un mastering de qualité optimale, à commencer par les Suisses d'Hemlock Smith et les Français de Lion Says, qui figurent parmi les plus belles découvertes du festival, pour le public s'entend… Hemlock Smith, ça faisait au moins dix ans que je réfléchissais à comment les faire jouer en France…

Pour les auditeurs-trices de Poptastic, peux-tu nous donner quelques noms de groupes et artistes britanniques qui participent à Crossroads Confined Countdown Festival ?
Je ne vais citer que ceux dont on a déjà diffusé les concerts ou quand ça ne saurait tarder, pas de tous ceux avec lesquels nous en sommes encore au stade des dernières réglages techniques et autres, ça m'évitera de faire des effets d'annonce dans le vide… et c'est dommage, car il y a quelques cadors à venir encore !… Il y a notamment eu Andy Cairns, de Therapy?, avec même en prime un petit clin d'œil aux Monty Python ; Martin Ansell dont certains se souviennent peut-être de son tube chez Island dans les années 80, mais qui nous a proposé quelque chose de radicalement différent, avec le duo folk Woman Wants Tall Man qu'il a monté avec sa femme ; TV Smith, sans doute le meilleur punk de la période 76-77, Paul Roland dont le mélange de folk gothique est unique, Immaculate Fools, encore un groupe ayant eu plusieurs singles classés dans les classements UK pendant la seconde partie des 80's ; The Bard Of Ely, un joyeux écolo à la barbe verte ; Troy Redfern, l'une de nos cartouches les plus rock'n'roll depuis le début des hostilités ; Lloyd Cole, qui était en trop petite forme pour assurer un set et dont on propose un 52 minutes totalement inédit dans lequel il se raconte tout en interprétant sept ou huit titres ; Jim O'Neill des Silencers, toujours aussi brillant… Il y aura bientôt Leo Lyons,  de Hundred Seventy Split, Leo qui était aussi bassiste des mythiques Ten Years After, ce qui nous fait quand même un musicien qui aura fait et Woodstock et le Crossroads Confined Countdown Festival (rires) !…

S'agissant de l'actu musicale, que conseillerais-tu d'écouter en ce moment à nos auditeurs, si possible dans le domaine du Rock anglais ?
Ma réponse va peut-être décevoir, surtout venant de la part de quelqu'un ayant été rédacteur en chef de revues musicales, mais en fait je n'ai jamais été obnubilé par l'actualité ! Au contraire, je pense qu'une des choses qui a fait le plus de mal à la musique, c'est cette industrialisation à marche forcée avec ses singles de la semaine, etc. Je ne me force donc jamais à écouter les nouveautés neuves du jour et préfère m'ouvrir par arborescence, en explorant par exemple la scène de tel endroit ou une maison de disques qui a fait un boulot en local particulièrement intéressant à un moment donné, ce genre de choses… Du coup, je suis totalement décalé… Par exemple, mes dernières découvertes en matière de rock british, ce sont des choses très psych pop rock de la seconde partie des années 60, des groupes comme Tomorrow, Blossom Toes et bien sûr Idle Race, le groupe qui a donné naissance à The Move puis Electric Light Orchestra. Dans mes magazines, je n'écrivais d'ailleurs quasiment jamais de chronique, je pense qu'il faut laisser du temps au temps, un disque ça ne s'apprivoise pas en quelques écoutes, ou alors c'est qu'il n'y a pas grand-chose à en retirer… Bref, le rock british, poussé par une presse très dynamique, et qui plus est hebdomadaire, a toujours un peu amplifié cet aspect des choses, qui consiste à devoir absolument avoir un truc bien nouveau chaque semaine… Parce que c'est ça ou ne pas vendre de presse d'un côté, et ensuite quand les choses s'enchainent, de disques de l'autre côté. En France, on a eu le Top 50 pour booster l'industrie, aux Etats-Unis ça se passait surtout à la radio… mais le résultat est le même. 99,99% de ces super nouveautés qu'on veut nous refiler (ou pire, qu'on essaye de s'imposer à soi-même) ne présentent pas vraiment d'intérêt et on les oublie aussi vite. Bref, pour moi une valeur sûre, c'est un disque qui tient doublement la distance, celle de sa propre durée, de sa propre vérité je dirais —et je n'écoute d'ailleurs pas de single mais uniquement des albums complets, et pas de compilation non plus—, et celle du temps qui passe… Tu vois, je t'ai dit que ma réponse serait décevante (rires) !… Et sinon, pour en revenir au rock british, au festival aussi et à la presque actualité (car là j'anticipe carrément), le nouvel album d'Immaculate Fools, que j'ai la chance d'avoir eu la primeur, et qui sort en novembre prochain, est juste une pure merveille, du niveau de "Dumb Poet", leur meilleur album à ce jour, qui doit dater de 1987… Un disque que les fans, disons de Psychedelic Furs ou Bowie —pour cibler large— ne devraient surtout pas louper. En attendant, ils peuvent toujours se régaler du concert du groupe, disponible sur la chaine du festival.

Et, s'il vous plait, si vous regardez un ou plusieurs concerts, pensez à faire un don, même minime, c'est important. Et surtout, n'oubliez pas que les musiciens ne se nourrissent pas de petits cœurs ni ne payent leurs factures avec des likes, alors les cœurs et les likes, c'est gentil, mais ça n'est pas suffisant si vous voulez vraiment les soutenir. Merci pour eux.

Les adresses du Crossroads Confined Countdown Festival à retenir :

La chaîne YouTube du Festival : www.youtube.com/channel/UC38L7w0CaumgamiS4Vafjqw
Suivre le Festival : goofprod.com/crossroads-confined-countdown-festival
Le label : goofprod.com/found-guilty-records

Aux dernières nouvelles, Christophe a décidé de prolonger son travail et ses actions autour du Crossroads Confined Countdown Festival jusqu'à au moins le cœur de l'été, avec toujours comme objectifs d'être le plus réactif possible et de s'adapter en permanence aux nouvelles mesures, conditions de confinement ou déconfinement ou un-peu-des-deux-on-ne-sait-plus-trop, d'ajuster la fréquence des concerts, etc.
Les dons seront ainsi possibles jusqu'à au moins la mi Août (sans doute un peu plus longtemps) et de nouveaux concerts continueront d'être diffusés très régulièrement (si possible tous les jours).