Logo Poptastic Radio

"Animal" l'album du groupe anglais Lump est un vrai miracle

rédigé par le 30 septembre 2021

Je dois avouer que de la réunion entre Mike Lindsay, du groupe britannique Tunng, et l’anglaise Laura Marling, une des figures du folk contemporain, c’est bien le premier nommé qui a attiré mon attention. Tunng est un groupe fantastique, certainement un des plus intéressants de cette dernière décennie.

Mike Lindsay et ses comparses ont développé une musique hybride, tenant à la fois du folk anglais acoustique et de l’expérimentation électronique à laquelle on a donné le nom de folktronica, et l’ont poussée à sa quasi-perfection. Laissez-vous envahir par la douce torpeur du plus-que-parfait "Flat Land" extrait du non moins parfait "Songs You Make At Night" de 2018 et si le cœur vous en dit plongez-vous dans la discographie du groupe, une vraie malle aux trésors.

Quant à Laura Marling, cet album de Lump fut pour moi l’occasion de m’intéresser de plus près à sa production. Son dernier album « Song For Our Daughter » (2020) respire un folk apaisé, maîtrisé avec un talent indéniable pour les mélodies. En voici un extrait avec « Strange Girl ».

Ces deux-là se sont parait-il rencontrés en 2006 lors d’un concert de Neil Young auquel ils assistaient – difficile de naître sous une meilleure étoile.
De cette rencontre est né Lump qui en 2018 produit son premier album éponyme.
Les rôles sont clairement répartis dans le duo. Mike Lindsay s’occupe de toute la partie instrumentale et tisse des écrins à partir desquels Laura Marling compose les mélodies, écrit les paroles et interprète le tout.

Les bases musicales de Lindsay orientent cet album vers une pop électronique d’une beauté un peu étrange et mélancolique qui va se marier à merveille avec les mélodies et la voix de Marling. Les rythmes complexes et variés garantissent que jamais dans l’album la routine ne s’installe.

album Animal du groupe anglais Lump

Les textures sonores créés par Lindsay avec des Moogs, un mellotron et autres synthétiseurs se fondent les unes dans les autres à la perfection. Dès lors les titres, tous réussis s’enchaînent sans coups férir et dès l’intro liquide de « Bloom At Night » on est happé par cet « Animal » qui se laisse facilement domestiquer. La voix de Laura Marling, légèrement brisée mais capable aussi de s’élever dans les aigus, m’évoque parfois celle de Suzanne Vega qui a souvent oscillé elle aussi entre folk et pop. « Gamma ray » démarre façon ambient avant qu’un rythme presque martial couplé à un gimmick de basse accrocheur l’emmène dans une autre direction. Marling y fait preuve d’une science de la mélodie pop très aboutie. Le titre harponne l’auditeur, l’emmène avec lui en altitude lors du refrain et ouvre la voie au tubesque « Animal », irrésistible hit pop au refrain plus-que-parfait, durant lequel Marling double sa voix et brode de somptueuses harmonies.

Le disque ne faiblit pas avec « Climb Every Wall » tout en subtilité, allant à l’essentiel pour mettre en valeur cette grande chanson, une de plus sur cette face A irréprochable. Celle-ci se clôt avec « Red Snakes » sublime titre en apesanteur qui ne tient sur presque rien, quelques notes de piano, quelques accords au clavier, puis plus tard un roulement sourd et surtout la voix impériale de Marling, sur le fil ténu de sa magnifique mélodie.

La face B débute par « Paradise » dont l’intro semble annoncer une catastrophe qui se révèle pourtant fidèle à son titre. La chanson est encore une fois une réussite absolue grâce à l’équilibre parfait entre la mélodie imparable et les arrangements de Lindsay. Lump s’offre une petite respiration instrumentale avec « Hair On The Pillow » qui oscille entre une naïveté enfantine et quelque chose de plus menaçant avant d’enchaîner sur l’immense « We Cannot Resist », futur single en puissance à la mélodie encore une fois impressionnante.

L’album se termine en douceur avec « Oberon » et surtout « Phantom Limb », superbe déambulation folk magnifiée par mille arrangements fourmillant derrière la mélodie. Pour terminer, idée géniale, Laura Marling cite les noms de tous ceux impliqués dans la réalisation de l’album comme un générique de fin. Je n’ai pas le souvenir d’avoir entendu ça avant.

« Animal » est un vrai miracle. Les deux artistes semblent avoir réussi à sublimer leurs talents qui apparaissent ici d’une complémentarité à toutes épreuves. Lump est bien plus qu’un side project mais peut-être la quintessence de leur art.

album Animal du groupe anglais LumpÉcoutez des extraits d'Animal du groupe anglais Lump dans la programmation de Poptastic Radio.

Retrouvez les chroniques de Christophe Billars également sur son blog Galettes Vinyles


En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Albums Station

22:00 24:00

Emission en cours

Albums Station

22:00 24:00