Emission en cours

Live Station

20:00 22:00

Emission en cours

Live Station

20:00 22:00

Logo Poptastic Radio

Halte aux rumeurs, Jimmy Page et Jon Lord n'ont pas joué pour les Kinks

rédigé par le 8 janvier 2022

  • Home
  • /
  • UK Rock & Pop
  • /
  • Halte aux rumeurs, Jimmy Page et Jon Lord n'ont pas joué pour les Kinks

"You Really Got Me" des Kinks, tube de 1964

Halte aux rumeurs, Jimmy Page et Jon Lord ne jouent pas dessus !

Pourquoi payer des musiciens de session à ne rien faire ou presque ? Les deux stars étaient présentes à l'enregistrement du premier album du groupe anglais The Kinks, mais très discrets.

Les producteurs de disques ont rapidement constaté que, très fréquemment, lorsqu'un groupe entre en studio pour la première fois, ses membres, habitués à l'atmosphère de leurs innombrables concerts, sont déstabilisés. Il est donc très fréquent qu'un musicien tombe en panne, victime d'une sorte de trac... Mais en sens inverse : ce n'est pas le public mais l'absence de public qui le bloque.

Le musicien chevronné est un joker

Plutôt que d'attendre que le jeune artiste retrouve tous ses moyens (la pendule tourne et l'heure de studio coûte cher), le producteur demande au musicien de session de le remplacer au pied levé. C'est ce qui se passa pour l'enregistrement de "You Really Got Me" : Jimmy Page, futur fondateur de Led Zeppelin, et Jon Lord, futur fondateur de Deep Purple, étaient présents... Mais, à aucun moment, ils ne s'emparèrent de leurs instruments.

Une dernière chance

"You Really Got Me", qui fut un hit dès sa sortie (1964) et retournera au hit-parade en 1978 grâce à Van Halen, constituait la dernière chance du groupe des Kinks : leur firme discographique Pye leur avait signé un contrat pour trois singles seulement, et les deux précédents avaient connu l'échec. Les relations avec Pye, d'ailleurs, n'étaient pas au beau fixe : la première version de "You Really Got Me" enregistrée dans les studios Pye n'était pas du tout satisfaisante mais la firme voulait pourtant la publier telle quelle. Le groupe et son éditeur musical durent batailler ferme pour avoir le droit de réenregistrer "You really got Me" dans un autre studio.

Au final, l'idée s'avéra payante

Le réenregistrement ne coûta que 100 £ et le titre fut n°1 de part et d'autre de l'Atlantique. Du coup, le groupe resta chez Pye jusqu'à 1970 ("Lola") mais passa en 1971 chez RCA afin de tenter de conquérir un public américain réticent.

Ray Davies et Damon Albarn "You really Got Me" et "Waterloo Sunset"

L'utilisation (ou non) de musiciens de séance est très courante

Au fil des ans, les producteurs continuèrent à faire appel à des "requins de studio" (c'est ainsi que l'on appelle ces permanents qui restent dans l'ombre). A tel point qu'on utilisa de plus en plus leurs services. Et ce qui devait arriver arriva, c'est-à-dire un scandale.

Aux Etats-Unis, même les Beach Boys ne jouaient pas de tous leurs instruments sur leurs disques... Mais ce furent les Monkees qui, en 1967, firent les frais car, eux, l'annoncèrent publiquement. De fait, le groupe coula au bout de quelques mois alors que les Beach Boys, eux, existent encore aujourd'hui. Et les Kinks aussi ; mais eux le méritent puisque, autant que faire se peut, ils jouaient eux-mêmes sur leurs disques.

En Grande-Bretagne, c'est le groupe Love Affair qui vit sa carrière menacée en 1968 : les syndicats de musiciens dénoncèrent cette pratique qui consiste, pour les stars, à se produire à la télé en playback alors que ce ne sont pas eux qui jouent de leurs instruments. On le voit, à la fin des années soixante, le show business semblait réclamer de l'authenticité. Le refus de la facilité du playback ne résista pas bien longtemps aux sirènes de l'audimat !