Vous écoutez

Title

Artist

En direct

En direct

Background
Logo Poptastic Radio

Supergrass en concert à Paris et Bruxelles

Rédaction : le 12 février 2020

Cela faisant 10 ans qu’on les attendait tout en sachant qu’ils finiraient par nous revenir. Je veux bien sur parler de Supergrass qui après une ultime tournée d’Adieu (dont la dernière date fut La Cigale de Paris) allait cesser ses activités, chacun des membres vaquant à leur projets solos.

A l’été 2019, l’annonce est enfin officielle, le groupe se reforme pour une tournée mondiale qui débute officiellement au Casino de Paris puis à l’Ancienne Belgique de Bruxelles. Poptastic était bien sûr au rendez-vous pour ces deux dates historiques. C’est The Tambles qui ouvre pour la formation d’Oxford sur les dates européennes. La formation de Gouda, aux Pays Bas distille un Rock teinté de Blues. Rien de révolutionnaire mais le groupe a le mérite de faire patienter avec brio le public. Une très agréable surprise !
20h30, il est déjà temps d’enfin accueillir Supergrass. Les quatre loustics n’ont pas vraiment changé, toujours vaillant malgré les dix années passées. Le concert débute par un titre peut être de circonstance (allez savoir…) : « In It For The Money » plage titulaire qui ouvrait leur deuxième opus. La voix de Gaz Coombes est franchement intact et le groupe anglais n’a absolument rien perdu de sa superbe : son impeccable, grands musiciens, bonne humeur. Danny Goffey, derrière ses fûts malgré la cinquantaine garde toute sa fougue adolescente. Quant à Mick Quinn, bassiste de talent, derrière ses lunettes noires semblait n’attendre que cette reformation. Le show se poursuit et pour enfoncer le clou, Supergrass enchaine avec « I’d Like To Know » qui nous renvoi sur I Should Coco de 95 avant un bond dans le temps de 13 ans avec le titre « Diamond Hoo Ha Man ». Niveau scénique, pas de fioriture et c’est tant mieux : un jeu de lumière sobre, une scène presque nue habillée d’amplis et un immense logo du groupe derrière la batterie.

Vidéo publiée sur YouTube par "Live to Love Music Do Riane"

Tournée Supergrass

La suite du concert sera un savoureux mélange de classiques du groupe (pour la plupart des singles). Citons en vrac « Mary », « Moving », « Mansize Rooster », « Going Out », « Richard III » ou encore « Grace». La formation d’Oxford réussi à alterner les moments intenses ("Lose It, She’s So Loose") et intimistes ("Fin", "St Petersbourg", "Late In The Day") en piochant dans tous leurs albums. On se rend ainsi compte que Supergrass reste l’un des groupes les plus sous-estimé des années 90.
A Bruxelles, Gaz Coombes présente « Alright » avec un malicieux : « voici à présent pour les fans une vieille FaceB méconnue ». Un vent d’air frais souffle alors en ce maussade mois de Février. Suivront les titres « Lenny » et « Pumping On Your Stereo » avant que le groupe ne quitte une première fois la scène.

Après quelques minutes, Supergrass est de retour pour un rappel qui nous paraitre bien court tant le temps fut passé très vite. Au programme, trois titres pêchus : « Caught By The Fuzz », « Bad Blood » et « Strange Ones » qui vient achever le public pourtant bien sage mais définitivement conquis… Après 1h45 de show, on a le sentiment d’avoir assisté à de grands concerts, aussi bien à Paris qu’à Bruxelles et bien vite la polémique sur les reformations est oubliée. In It For The Money, et alors ? L’important reste sans aucun doute la qualité des prestations scéniques même s’il est vrai que Supergrass a perdu en fougue, urgence et fraicheur d’antan. S’il fallait trouver un bémol à ces concerts ce serait le peu de titres joués de certains albums comme le fantastique et psychédélique "Life On Other Planet" ou encore le mélancolique "Road To Rouen" le tout au profit d’une indigestion de chansons de "I Should Coco". Evidemment, ce n’est qu’un avis personnel de votre humble serviteur.
Quoiqu’il en soit, les amis, si l’occasion se présente, foncez voir ou revoir Supergrass !

François Delporte.