En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Albums Station

22:00 23:59

Emission en cours

Albums Station

22:00 23:59

Logo Poptastic Radio

Le duo anglais King Hannah : premier et remarquable album

rédigé par le 13 avril 2022

Le duo formé par Hannah Merrick et Craig Whittle est originaire de Liverpool et ça ne s’entend absolument pas. Il n’y a pas plus éloigné des Beatles et de la tradition pop des rives de la Mersey que la musique de King Hannah sur « I’m Not Sorry, I’m just Being Me » premier et remarquable album du duo. D’ailleurs, de Liverpool, ils n’ont toujours  eu qu’une envie : s’en éloigner, géographiquement et surtout musicalement.

Si l’on veut définir la musique de King Hannah c’est d’abord et avant tout du côté du Bristol des années 90 qu’il faut regarder et de son groupe phare, Portishead. On retrouve dès l'excellent premier morceau « A Well-Made Woman », cette atmosphère en apesanteur caractéristique des maîtres de Bristol. Tempo au ralenti, voix ouatée et envoûtante d’Hannah Merrick, éclaircies de synthés et guitares torturées et orageuses signées Craig Whittle.

L’autre influence majeure est à chercher de l’autre côté de l’Atlantique, celle d’abord du « Nebraska » (1982) chef d’oeuvre aride de Bruce Springsteen dont Whittle est fan. Ce n’est donc pas un hasard si King Hannah a repris « State Trooper » une chanson de cet album juste avant la sortie de ce disque. Mazzy Star est l’autre influence majeure qui saute aux oreilles. Le groupe de Hope Sandoval avait, dans les 90’s, sublimé la musique américaine par sa capacité à suggérer les grands espaces alors que ses chansons embraient presque immobiles.

king hannah not sorry

L’album de King Hannah se situe donc à la croisée de ces chemins, réussissant sur des tempos lents à marier les grands espaces américains avec la beauté sombre et planante de Bristol. « All Being Fine », troisième titre de l’album est à ce titre évocateur. À la fois vaporeux et soutenu par une basse énorme, le morceau embarque son auditeur dans un univers étrange, dans lequel les guitares grésillent. La voix d’Hannah fait des merveilles sur « Big Big Baby » sur une atmosphère quasi lugubre qui n’est pas s’en rappeler certaines expérimentations post rock.

C’est Craig Whittle qui prend le chant sur le très dépouillé « Ants Crawling on an Apple Stork » et il faut avouer que la magie opère dès lors beaucoup moins mais l’album retrouve les sommets avec les 7 minutes du somptueux « The Moods That I get In », superbe trip au ralenti, porté par la voix d’Hannah sur fond de trainées synthétiques et de guitares plaintives qui prendront les devants sur la fin magnifique du morceau.

La face 2 débute avec « Foolius Caesar » dont la basse rappelle le « Wandering Star » de Portishead sur « Dummy » (1994) dont il possède l’atmosphère.

Je n’ai pas parlé des 3 instrumentaux disséminés ça et là dans l’album et qui contribuent à installer une atmosphère étrange voire inquiétante, et faisant le lien entre les morceaux. Le très beau et plus acoustique « Go-Kart Kid (Hell No!) » rappelle par certains côtés les Red House Painters si certains se rappellent du groupe de Mark Kozelek à la beauté sombre qui sévissait dans les 90’s. Cette ballade tranquille avance en terrain à la fois étrange et balisé avant l’explosion de guitares finale. « I’m Not Sorry, I Was Just Being Me » le titre est bien ancré dans la terre américaine et ouvre la voie à «It’s Me and You, Kid » qui termine l’album par des envolées de la plus belle facture qui présagent peut-être d’un futur plus enjoué.

Alors oui bien sûr, on ne va pas danser sur les tables avec King Hannah, avec cet album automnal, mais on peut voyager, ouvrir des horizons, se laisser embarquer par cette douce stupeur qui le caractérise, être aussi bousculé par ces montées d’intensité que des guitares fiévreuses déclenchent et surtout être bercé par la voix d’Hannah Merrick. King Hannah a des influences illustres et ne s’en cache pas mais loin d’imiter simplement ses modèles, le duo laboure déjà son propre sillon.

king hannah not sorryDécouvrez des extraits du premier album de King Hannah dans la programmation de Poptastic Radio.

Retrouvez les chroniques de Christophe Billars également sur son blog Galettes Vinyles


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *